Dépendre financièrement de son conjoint : 1 risque, 2 solutions

 

 

Virginie Loÿ est l’auteure du blog Une chose par jour, un blog où elle partage des conseils et des outils pour se libérer des relations toxiques, abusives ou violentes et se reconstruire. Elle revendique pour chacune la liberté de choisir le chemin qui lui convient pour reprendre le contrôle de sa vie.

Dépendre financièrement de son conjoint est une situation que beaucoup de femmes rencontrent à un moment ou à un autre de leur vie. Souvent le résultat d’un accord tacite, plutôt que d’une planification stratégique, cette dépendance financière se traduit par toutes sortes d’avantages et de risques. D’un côté, on peut se réjouir de l’insouciance de ne pas avoir à penser à l’argent — ni à le gagner ni à le compter — ou bien de pouvoir être très présente dans l’éducation de ses enfants. De l’autre et à l’extrême, la dépendance économique peut devenir un outil d’emprisonnement, une véritable cage qui empêche certaines de quitter un mariage insatisfaisant ou même violent.

Dépendre financièrement de son mari : un risque à assumer

Pour ma part, puisque j’accompagne des femmes qui sont, ou ont été, dans des relations difficiles, je constate avec tristesse que l’argent est très souvent un problème énorme, et ce n’est généralement pas une question de pénurie ni d’abondance. Quand on s’aperçoit que ça va mal dans le couple, c’est encore plus difficile de reprendre le contrôle de sa vie économique et de son indépendance financière. Bien sûr, toutes celles qui se sont trouvées dans cette situation n’avaient jamais pensé que ça leur arriverait, à elles. Un peu de prévoyance n’est jamais inutile.

Mais rien n’est jamais perdu d’avance. Les sacrifices financiers qui suivent souvent les séparations sont loin d’être éternels. Parce qu’en reprenant sa liberté, on décuple aussi son potentiel et on a les coudées franches. Au passage, on se montre un modèle de résilience et de débrouillardise, ce qui ne fait pas de mal aux enfants et est bien plus constructif qu’un environnement toxique au quotidien.

2 solutions pour surmonter la dépendance financière

On entend beaucoup parler d’indépendance financière de nos jours. Tout le monde devrait gagner passivement plus d’argent qu’il n’en dépense (comme les blogueuses… demandez-nous pour de vrai, si on travaille ou pas !). L’indépendance financière qui est essentielle pour une femme ne se mesure pas en termes de revenus (passifs ou pas)ni de montant en euros. Elle se mesure, à mon avis, selon deux critères :

  • la compréhension et la maîtrise des concepts de base de l’argent et de sa gestion, au niveau de l’individu ou de la famille
  • la confiance en sa capacité à se débrouiller et rebondir dans la vie, y compris financièrement.

Avoir passé des années à ne pas s’occuper de l’argent familial au point de ne pas savoir dans quelle banque sont les comptes ni le montant des dettes du ménage, c’est triste, mais ce n’est pas une condamnation. Ne pas avoir reçu de chèques de paie depuis des lustres, c’est certainement un sacré coup de canif dans le CV, mais ça ne fait pas de nous des incapables.

Solution 1 : La maîtrise des outils de l’argent, des dépenses et des revenus

Je ne vais pas m’attarder sur ce point puisque c’est tout l’objet du blog de Marina. Elle nous donne des outils faciles et utiles, à portée de nos méninges fatiguées le soir et de nos préoccupations quotidiennes, entre paquet de coquillettes et argent de la cantine, y compris sur les aides accessibles pour acheter du nouveau mobilier quand on divorce.

Ce que j’aimerais aborder cependant, c’est qu’il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour s’intéresser à l’argent qui nous passe par les doigts (virtuellement, la plupart du temps). Attendre que l’on soit riche ou que le couple flanche pour s’y mettre, c’est prendre le risque de se compliquer la vie un jour. D’abord, parce que si on ne fait pas attention à l’argent, on se sera jamais riches (tous les millionnaires le disent) et ensuite, parce que si on a des problèmes de couple, on aura bien d’autres choses à penser.

Les questions à se poser

Donc, même si tu estimes que tu es complètement dépendante financièrement au sein de ton couple, prête attention à l’argent qui circule. Quel est ton budget mensuel ? D’où vient l’argent ? Où va-t-il ? Quand tu fais les courses, combien économiserais-tu en prenant le premier prix et rien de superflu ? Connais-tu la valeur de votre appartement ? De ce qu’il y a dedans ? Que pourrais-tu vendre ? Où est votre épargne ? Où sont vos dettes ? Que stipule ton contrat de mariage, Pacs ou autre ?

Ouvre les yeux pour de vrai et tu verras dès aujourd’hui que les alternatives existent et que tu peux te faire ta propre opinion de ta situation financière, indépendamment de celle de ton compagnon.

Ce qui m’amène à la deuxième solution, qui est davantage de mon ressort, celle du développement personnel, pour acquérir la confiance de savoir s’en sortir, y compris financièrement !

Tu verras qu’il ne s’agit pas de choisir l’une ou l’autre de ces solutions, mais de les appliquer et les combiner intelligemment. Parce que si le paragraphe précédent, qui contenait les mots : « argent », « valeur », « économiser », « dettes », « impôts », « contrat »… etc. te donne déjà le tournis, tu dois absolument apprendre à dompter ton mental !

Solution 2 : dépendre financièrement de soi-même

Tu sais, j’en suis sûre, combien c’est énervant de dépendre de quelqu’un qui est incapable de rendre le service qu’on lui demande. Si tu vas à la Zumba avec Sophie, et qu’elle est toujours en retard, tu n’as pas confiance en elle pour arriver à l’heure, point. Tu te sens dépendante et ça t’exaspère.

Dépendre financièrement de son conjoint crée un schéma de pensée similaire, sauf qu’en réalité, c’est à toi que tu ne fais pas confiance. Si en plus, tu es dans une relation difficile ou franchement toxique, le dénigrement et la dévalorisation ne t’aideront pas à te sentir performante.

Plus on se laisse enfermer dans une spirale de pensée qui nous dit que nous sommes incapables de nous en sortir, moins nous croyons en nous, moins nous faisons, et donc, nous confirmons que nous sommes incapables.Bien souvent, par manque d’action : on n’essaie même pas.

Nos pensées créent nos résultats

Tous nos résultats proviennent de nos pensées. Donc la première chose à faire, c’est d’identifier toutes les pensées que tu as sur l’argent, ta situation financière, ta dépendance. Tu peux commencer par remplir 2 feuilles complètes sans te censurer, avec toutes les phrases qui passentdans ta tête : passé, présent, futur. Tu trouveras des idées récurrentes, des pensées qui viennent de tes parents, de ton conjoint.Commence par faire le tri et te débarrasser de celles qui sont obsolètes. Certaines seront plus ardues à travailler, mais tu peux utiliser des outils plus approfondis ou l’aide ponctuelle d’une coach.

Le pire scénario possible

C’est un système qui m’aide beaucoup dans de multiples situations, y compris avec l’argent. Plutôt que d’éviter de penser aux pires conséquences d’une situation, je les regarde en face. J’imagine vraiment le pire.

Je me retrouverai à la rue, je serai obligée de vendre mon corps pour nourrir mes enfants, je mourrai de chagrin quand on me les prendra.

À partir de là, je peux commencer à penser à des solutions « moins pires » et plus probables, parce que crois-moi, depuis le temps que je faisça, le pire n’arrive jamais. (Je précise que j’ai quitté un mari violent et je me suis retrouvée seule et sans boulot dans un pays dont je parlais à peine la langue…et même ça, ce n’était pas « le pire ». En plus, comme je l’ai dit en début d’article, cette situation a été provisoire… sauf les enfants, je les ai encore.)

Pas plus bête qu’une autre

Dernière clé : il y a plein de gens pas plus malins que moi qui s’en sortent très bien. Nous, adultes, sommes toutes capables d’assumer les responsabilités des adultes normaux. Que ça fait du bien !

Dépendre financièrement de son compagnon n’est ni une bénédiction ni une condamnation. C’est juste un fait, qui a l’importance qu’on lui accorde dans notre vie. Implémenter quelques microactions pour sortir la tête du sable, sans même changer la configuration de ton couple, donnera un véritable « boost » à ta confiance en toi. Ne plus dépendre financièrement de personne commence par créer les pensées de ton indépendance.

Si tu veux reprendre le contrôle de ta vie, mais tu te sens bloquée dans tes choix, n’hésite pas à télécharger le plan en 3 étapes pour tout recommencer sans peur. Ce guide-exercice te permettra d’identifier et classer tes peurs, et de reprendre confiance en choisissant des actions appropriées.

2 réflexions sur “Dépendre financièrement de son conjoint : 1 risque, 2 solutions

  1. Sophie dit :

    Super article, très inspirant ! J’aime beaucoup ta partie sur le pire des scénarios. J’imagine moi aussi le pire lorsqu’une situation s’annonce compliquée. Ça me permet surtout de me raisonner en me disant que j’ai très peu de chance d’arriver à ce pire-là. Ensuite, tout comme toi, je me bâtis d’autres scénarios « moins pires » avec des solutions. Après, ça je n’ai plus qu’à les mettre en place.

    Je trouve cette stratégie très rassurante et efficace :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.