Epargner avec l’assurance-vie

Il paraît que l’assurance-vie est le placement préféré des Français. Si si ce sont les sondages qui le disent (sondage Odoxa pour LInxea et le Parisien). 47% des Français détiennent une assurance-vie  et pour 43%, c’est LE meilleur placement.

Alors, oui, mais l’assurance-vie, vous savez ce que c’est exactement ? Et est-ce que c’est si rentable que ça ?

Le contrat d’assurance-vie

L’assurance-vie est un placement financier bien particulier, de par sa fiscalité et son fonctionnement.

Le principe : vous épargnez une mensualité durant la durée du contrat (vous pouvez aussi signer un contrat d’assurance-vie avec un seul versement initial puis des versements libres), et à la fin de ce contrat, vous récupérez cette somme et ses intérêts. Vous pouvez récupérer vos gains soit sous forme de capital, soit sous forme d’une rente mensuelle. D’où son utilisation fréquente en complément de retraite. Vous avez aussi la possibilité de désigner un bénéficiaire de cette épargne en cas de décès.

Simple comme fonctionnement non ? Bon, on complique un peu les choses alors.

Une épargne bloquée 8 ans ?

C’est ce qu’on reproche souvent à l’assurance-vie : d’être bloquée durant 8 ans. Mais ça n’est pas le cas ! Vous pouvez retirer des fonds de votre contrat à n’importe quel moment. C’est juste que vous allez devoir payer des impôts sur les intérêts produits par votre contrat d’assurance-vie.

Il y a deux types d’imposition :

  • soit vous décidez d’ajouter les intérêts à vos revenus lors de votre déclaration d’impôts, et dans ce cas là serez imposé au titre de l’impôt sur le revenu
  • soit vous choisissez le Prélèvement Libératoire Forfaitaire : un taux d’imposition déterminé, qui dépend de la date de retrait :
    • si vous retirez dans les 4 premières années, le prélèvement sera de 35% des gains + les prélèvements sociaux
    • si vous retirez entre la 4ème et la 8ème année, le prélèvement sera de 15% des gains
    • si vous retirez après la 8ème année, le prélèvement sera de 7,5% des gains

Alors pourquoi parle-t-on toujours de cette barrière des 8 ans ?

Parce qu’après 8 ans, vous bénéficiez d’un abattement sur les gains.

Si vous êtes célibataire, l’abattement est de 4 600€, 9 200€ si vous êtes marié. Ce qui veut dire que l’Etat va déduire cet abattement pour calculer l’imposition de vos gains. Si votre contrat a produit 10 000€ de gains et que vous êtes marié, et bien vous ne serez imposé que sur 800€ (10 000 – 9 200).

Dans tous les cas, par contre, il ne faut pas oublier les prélèvements sociaux : 15.5%, qui ne bénéficient d’aucun abattement…

L’assurance-vie c’est vraiment rentable ?

En 2016, le rendement moyen des contrats d’assurance-vie était de 1.5% une fois déduit les frais de gestion. C’est toujours mieux qu’un livret A ;)

Mais il s’agit là d’un taux moyen, calculé sur tous les contrats existants et leur multitude de supports ! Parce que lorsque vous souscrivez un contrat, votre conseiller peut vous proposer plusieurs supports pour optimiser votre placement.

Les différents supports pour votre épargne : le fond en Euros

Le fond en euros est un support sécurisé : en plaçant sur ce type de support, vous êtes certain de récupérer votre capital, quoi qu’il arrive.  Quand au rendement, il dépend vraiment de la banque ! Vous pouvez trouver sur le site Capital un comparatif des taux 2016, ils varient entre 0% et 6.87% ! Et comme vous pouvez le constater sur leur tableau, le rendement des années passées ne présage en rien du rendement à venir (j’adore cette formule, c’est celle qu’on trouve sur toutes les plaquettes d’épargne boursière !).

Les différents supports : les unités de compte

Les unités de compte, pour faire simple, ce sont des actions ou des obligations, parfois rassemblées en FCP (Fond Commun de Placement). Avec les unités de comptes, vous acceptez une part de risque de perte de votre capital, mais aussi en principe un rendement plus élevé.

Comme vous l’aurez compris, le rendement des unités de compte dépend des marchés boursiers.

Finalement on choisit quoi et comment ?

Premier conseil : sachez pourquoi vous voulez ouvrir une assurance-vie précisément. Quel est votre objectif ? Quels risques acceptez-vous de courir ?

Essayez de vous renseigner en amont, en lisant quelques articles dans la presse spécialisée ou sur internet (mes favoris : Capital, l’Express). Cela va vous familiariser avec le vocabulaire des placements et le contexte économique actuel.

Puis prenez rendez-vous avec votre conseiller : prévoyez du temps ! J’ai passé deux heures (passionnantes, enfin, pour moi !) avec mon nouveau conseiller lors de l’ouverture de mon contrat. Fiscalité, supports disponibles, risques, opportunités, économie mondiale et europénne, prévisions… Il a pris le temps de s’assurer que je savais précisément où je mettais les pieds, enfin, plutôt mon argent !

Dernier conseil, que je répète souvent : ne choisissez pas un placement parce que votre voisin vous dit qu’il a pris celui ci, qu’il a gagné 10% l’année dernière etc… demandez toujours les risques de perte en capital, le montant des frais de gestion, la possibilité de changer de support au cas où. Pour tout cela, l’avis d’un professionnel est indispensable. Et un professionnel certifié par l’Autorité des Marchés Financiers de préférence ;)

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux !

2 réflexions sur “Epargner avec l’assurance-vie

  1. David dit :

    Bonjour,
    je me permet quelques remarques :
    -> Concernant le fonds euros, le rendement annoncé est net de frais et d’impôts, les prélèvement sociaux étant prélevé annuellement sur le fonds euros.
    Les UC ne sont taxés qu’au moment du retrait (ce qui entrainer des calculs compliqués avec une partie des fonds déjà taxés, et une pas encore)

    -> Il est très important de comparer les contrats!
    Typiquement un contrat d’assurance vie avec des frais de versement est à fuir. (à quelques exceptions près, type le contrat afer)
    Il faut bien faire attention également aux frais de gestion annuel.
    Entre des frais de gestion à 0,475% chez Afer à 1% dans de nombreuses banques, on a un écart significatif.
    Et sur 8 ans, ça fait déjà une somme non négligeable, et si on garde le contrat quelques décennies, l’écart de rendement sera d’autant plus important!

    -> vérifiez aussi les frais d’arbitrage, pratique pour sécuriser les fonds vers du fonds euros.

    -> un coup d’oeil au outil d’aide à la décision. La plupart des opérateurs en ligne en propose, plus ou moins poussé.

    En résumé, comme dans de nombreux domaines, il est intéressant de comparer avant de s’engager! ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *