Je dépense donc je suis

dépense minimalisme

C’est en utilisant une fois de plus l’expression « je veux me faire plaisir » que j’ai tilté.

Vous avez remarqué le sens que l’on donne à cette expression « se faire plaisir ». Se faire plaisir, c’est au sens propre trouver des sources de plaisir, mais dans notre langage courant, c’est devenu « dépenser pour ses plaisirs' ».

Si je dis que je fais attention à mon budget, je passe pour la radine de service, celle qui ne se fait jamais plaisir. Combien me regardent avec de grands yeux lorsque je refuse de faire des dépenses non vitales car ça n’est pas prévu au budget ? « Quelle triste vie » c’est ce que je lis parfois dans leur regard…

Comme si le plaisir se résumait à dépenser, dépenser, et accumuler des objets qui ne me serviront finalement pas tant que ça… et que je finirai par éliminer lors d’une séance de désencombrement.

Me faire plaisir, pour moi, ça n’est pas courir après le plaisir éphémère de l’achat d’un nouveau vernis à ongles ou d’un nouveau leggins de course. Me faire plaisir, c’est passer un bon moment, seule, en famille ou entre amis. Partager des éclats de rire, des discussions passionnantes, échanger sur nos projets, refaire le monde autour d’un plateau de fromage et d’une bouteille de vin, faire un run dans ma campagne…

Le minimalisme prend de l’essor. Zéro Déchets, de Bea Jonhson et la Magie du Rangement de Marie Kondo ont fait des émules. De plus en plus, nous réfléchissons à notre façon de consommer, et notre relation avec l’argent s’en trouve impactée. Beaucoup osent se lancer dans le défi d’une vie plus minimaliste, plus respectueuse des ressources naturelles, et aussi plus pleine de sens pour eux. Je pense par exemple au blog « Cheap But Chic », où Kat partage sa nouvelle vie.

Pour vous, ça veut dire quoi « Se Faire plaisir » ?  Est-ce que c’est toujours lié à cette notion de dépenses ?

19 réflexions sur “Je dépense donc je suis

  1. Anne Sophie dit :

    Je pense comme vous mais depuis quelques temps. Je n achète quelque chose que pour remplacer ce qui est cassé ou ce qui est utile. Exit tout ce que j ai déjà et qui fera double emploi (vernis, maquillage, vêtement…). Mais c’est sûre que tout le monde ne comprends pas toujours…

  2. NiniDS dit :

    « On nous fait croire, que le bonheur, c’est d’avoir, d’en avoir plein les armoires… » si on suit la pub, le plaisir vient d’abord par l’idée de consommer, d’acheter de manière compulsive un tas de choses « parce qu’on en a envie » « parce qu’on le vaut bien »… ils confondent « avoir » et « être »…
    A nous de déjouer les pièges, et, comme tu le soulignes si bien, arriver à discerner le besoin de l’envie…
    Bises, belle journée.

  3. Celine dit :

    D’accord à 100%!! Autre livre très bien aussi qui inspire « l’art de la simplicité  » de Dominique Moreau ! Merci marina pour tous ces bons conseils! Budget zen presque atteint ;-) A très bientôt!!

  4. Bulle_Virtuelle dit :

    Ton article me parle vraiment car il arrive encore assez souvent que lorsque j’ai envie de me faire plaisir, je passe une commande…J’essaie de plus en plus de faire attention car le mode de vie minimalisme m’attire aussi beaucoup donc j’essaie de trouver de nouveau plaisir : lire, me vernir les ongles, me faire un masque…

  5. Nadège Depresle dit :

    Pour moi, « se faire plaisir » n’est pas rattaché à la notion d’argent. Je peux me faire plaisir avec une « simple » balade dans la nature, un pique-nique, etc. Les choses simples de la vie ! Mais je peux aussi me faire plaisir en faisant plaisir : déposer les croissants à des amis avant de partir animer une formation le dimanche matin, organiser une surprise pour l’un de mes proches, etc.

  6. Christelle dit :

    Pour moi le plaisir c’était ça: m’acheter quelque chose.
    Après l’atelier fait avec toi Marina, mon rapport à l’argent a bien changé! Ma vie aussi ! Je n’achète que ce dont j’ai absolument besoin, dans sa forme absolument minimaliste, et j’essaye de trouver de nouveaux bonheurs ailleurs

  7. Ilse dit :

    Le « petit plaisir » est idolatré dans notre société. Je me souviens de quand j’ai commencé à y croire, après la lecture d’un article dans le Cosmo d’il y a 15 ans. Je me suis dit qu’en effet, le bonheur de toute façon, ça n’existe pas, que ça n’a donc pas de sens de le chercher, autant aller de petit bonheur en petit bonheur. Sauf que des petits caillous, ça ne nous construira jamais notre montagne!!

    Donc très pertinent ton billet, je voulais en parler aussi dans un billet planifié dans deux semaines, affaire à suivre :)

  8. Elodie dit :

    « Se faire plaisir » pour moi qui suis devenue minimaliste est rarement en achetant de quoi encombrer la maisonnée. Je me contente d’apprécier de regarder les nouveaux objets. En revanche, les moments partagés avec mon mari ou mes enfants ont une valeur inestimable et sur ce terrain, j’avoue que je ne me prive jamais ;)

    • L'Accro du Budget dit :

      J’ai remarqué que souvent, lorsque j’avais absolument envie d’un nouvel objet, différer un peu l’achat suffisait à me faire passer cette envie : mais que je passais quelques jours à regarder la nouveauté, chercher des bons plans, des avis sur internet…
      Les instants n’ont pas de prix et c’est bien pour ça que de plus en plus les cadeaux « sensations » et « expériences » cartonnent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *