Vivez-la vie de vos rêves (bis)

Vivre la vie de ses rêves...

Voilà c’est dit. J’en ai marre des vendeurs de rêves. Qui vous promettent monts et merveilles, une vie à travailler 4 heures par semaine sous un cocotier avec un revenu mensuel à 5 chiffres (sans la virgule), ou pour les webentrepreneurs, d’attirer à vous tous les clients du web du bord de votre piscine.

Attention : je ne critique pas ce style de vie. Mais je voudrais juste qu’on prenne un peu de recul sur l’expression « vie de rêve ».

La vie de mes rêves n’est pas la vie de vos rêves

C’est quoi une vie de rêve ? Si vous posez la question à 10 personnes, vous aurez peut être (sûrement) 10 réponses du style : gagner au loto. Vivre dans un cadre paradisiaque. Ne plus se soucier de l’argent. Ne plus avoir à faire un travail qui nous déplaît.

Mais une fois que vous avez gagné vos 10 millions, que faites-vous de vos journées ? Une fois passée l’euphorie du gain, de la fin des soucis financiers, une fois sortie de la galère ? Qu’est ce qui va faire de votre vie la vie de vos rêves ?

Pour moi, vivre la vie de ses rêves, c’est vivre une vie en accord avec ses propres souhaits, ses propres désirs, qui corresponde à ses propres valeurs.

Par exemple, votre voisin rêve peut être de vivre sous les cocotiers et vous seriez malheureux comme les pierres sans neige… votre meilleure amie se rêve femme au foyer, s’occupant de sa famille nombreuse, alors que vous ne voyez de salut que dans une carrière menée tambour battant.

Au-delà du cadre de vie, quel sens voulez-vous donner à votre vie ? Que voulez-vous vraiment faire de votre quotidien ? Parce que si vous n’arrivez pas à définir la vie de vos rêves, comment voulez-vous la vivre ? Prenez le temps de réfléchir et de noter à quoi ressemblerait votre journée idéale.

En faisant cela, peut être allez-vous vous rendre compte d’une chose : que la vie de vos rêves ne dépend pas QUE de l’argent disponible sur votre compte bancaire. Foncièrement, ça aide pour s’offrir des conditions de vie agréables, on est d’accord ! Mais est-ce vraiment le plus important, le modèle de voiture dans laquelle vous roulez ? Ce qui vous importe, est-ce der prendre le temps d’amener vos enfants à l’école tous les matins en Lada, ou de les déposer à l’accueil périscolaire en vitesse car vous devez aller travailler pour rembourser la BMW ?

L’argent ne ferait pas le bonheur ? 

On connait le proverbe par cœur. L’argent ne fait pas le bonheur. Suivi généralement par « mais il y contribue ». Plus facile d’être heureux quand on a le ventre plein et un toit au dessus de sa tête ! Mais quand on a des revenus réguliers qui suffisent à payer nos charges et quelques loisirs, pourquoi l’argent reste-t-il un tel sujet de stress ?

La plupart du temps, c’est parce que les dépenses sont subies et que l’utilisation de l’argent n’est pas consciemment choisie. Et c’est là que le budget va pouvoir vous aider. Apprendre à créer son budget, à le gérer, va vous donner de l’argent en plus. Et aussi le sentiment de pouvoir mieux maîtriser d’autres aspects de votre vie.

Il n’y a aucune fatalité dans la gestion budgétaire. Certains passages de notre vie sont plus difficiles que d’autres, mais rien n’est permanent. Par contre, une fois que vous avez appris à contrôler vos finances, ce savoir est acquis pour toujours. Et il n’y a pas d’âge pour apprendre à mieux gérer son argent ! Vous commencez quand ? 

 

8 réflexions sur “Vivez-la vie de vos rêves (bis)

  1. Julien dit :

    Bonjour,
    Très bon article, très pertinent dans l’approche de la vie de rêve. Le plus important c’est d’avoir une vie qui corresponde à nos valeurs, qui soit en adéquation avec ce que l’on veut vraiment et qui nous sommes.

    Comme tu le dis, l’argent est un sujet de stress bien souvent parce que la façon dont il est dépensé n’est pas consciemment choisie. On achète ce qu’on nous dit d’acheter, sans se demander réellement le POURQUOI nous achetons ces choses (dernière BMW, dernier iPhone, dernière TV 4K, etc…). Et avoir des millions sur le compte en banque n’y changera pas grand chose: les dépenses seront juste amplifiées et les soucis resteront les mêmes, car on adaptera le niveau de dépenses au niveau de revenus.

    Alors que faire un budget pour choisir en pleine conscience dans quoi nous voulons dépenser notre argent procurera une paix de l’esprit incomparable et une grande satisfaction. Comme tu le dis, ce savoir est acquis pour toujours ! Ensuite, quel que soit le niveau de revenus, on saura pleinement comment utiliser cet argent.

    Merci pour cet article très pertinent !

    • Marina dit :

      Merci pour ton commentaire Julien, comme tu le dis « on achète ce qu’on nous dit d’acheter ». Je trouve que nous sommes assez matraqués par la publicité en général, c’est même quelque chose qui me choque lorsque je regarde la télévision (je suis plus souvent les séries sur Netflix qu’en direct). Et j’en comprends mieux pourquoi le crédit à la consommation fonctionne si bien

  2. Carolle . Entrepreneuses à succès dit :

    Bonjour Marina ,

    Très beau billet et je suis du même avis que toi . La perception de ce qu’est la réussite n’est vraiment pas la même pour tout le monde . Il faut savoir ce que l’on veut vraiment pour ne pas se tromper de combat .
    Pour ma part , le jour ou je me suis posée et j’ai pris l’engagement d’établir un budget et de m’en tenir chaque mois , j’ai découvert que je gagnais assez bien ma vie .

    Merci encore et bonne journée !

    • Marina dit :

      Merci pour ton commentaire Carolle, je vais aller parcourir ton blog, tes articles me semblent très motivants… quand as-tu eu cette prise de conscience ?

  3. Carolle . Entrepreneuses à succès dit :

    CC c’est encore moi , merci pour ta réponse . Alors , cela fait 1 an à peine que j’ai ma troisième entreprise donc j’ai eu cette prise de conscience il y’a à peine 7 mois . Je mélangeais mes dépenses personnelles avec mes investissements et vis -versa bref c’était le cafouillage complet .

    A bientôt !

  4. Nicolas dit :

    Ahhh cet article est vraiment top Marina. Je suis également à 100% contre les vendeurs de rêve, qui nous font croire en une vision vraiment utopique de la vie – et ajoutent une forme de pression sociale à la réussite.
    Non seulement il faut réussir dans la vie, mais en plus, si tu réussis, il faut *absolument* que tu passes tes journées dans des pays exotiques, si possible les pieds au bord de l’eau
    Ce qui m’a toujours fait marrer c’est que étrangement tous ces vendeurs de rêve (soit disant indépendant financièrement) vont toujours s’exiler dans des pays vraiment pas chers, genre la Thaïlande, le Vietnam ou la Colombie. Comme par hasard des pays où la vie est moins chère – ce qui donne donc des doutes sur leurs vrais revenus. Si je gagnais vraiment les sommes qu’ils annoncent, j’irais régulièrement au Japon, sur des plages des Caraïbes, et à New York. Des destinations bien plus chères.
    Autre chose qui me soule, comme je disais: cette espèce de pression sociale qui nous oblige à absolument montrer qu’on a réussi. Mince ça fait 2 ans que je vis de mes blogs et je me sens parfois coupable de ne pas mener la grande vie. Certains de mes amis me disent même « Ah Nico si j’étais à ta place, je partirai en tour du monde pendant 2 ans »… ces types ont vendu les business passifs comme un mode de vie alors qu’aucun business n’est vraiment passif. Par exemple, Tim Ferriss passe son temps entre évenement marketing pour vendre ses bouquins et la tenue de son podcast. Il passe bien plus que 4h par semaine sur ses business. Ces gens font croire qu’il est possible de gagner beaucoup en faisant vraiment rien, et perso ça m’énerve.
    Si je parviens à vivre de mes blogs depuis 2 ans, c’est notamment parce que je m’astreins à une certaine discipline, et que je bosse régulièrement.
    Et puis comme tu le dis si bien, tout le monde n’a pas envie de passer les 30 prochaines années de sa vie à la plage, on a tous des envies, des passions, des choses à découvrir, bref on a tous besoin de s’épanouir…. Une fois qu’on est riche, et à la plage, on finira par s’ennuyer car tout le monde autour de nous ocntinuera sur le même rythme métro boulot dodo… Bref, la réussite et le bonheur ne passent pas que par l’argent. L’argent y contribue, et permet à chacun de pouvoir se dégager du temps pour ce qu’il veut vraiment faire. Mais je pense pas que l’argent est un moyen de passer 40 années de sa vie de manière oisive sur une plage. Enfin moi, ça me fait pas rêver
    Encore merci pour ce super article, ça fait pas mal de temps que j’ai envie d’écrire un article similaire… mais j’ai tellement envie de nommer certains de ces vendeurs de rêve, et je sais que certains sont connus pour attaquer en diffamation les blogueurs qui ont l’audace de les critiquer… Donc je me tais pour l’instant ;-)
    Bref à très vite Marina

    • Marina dit :

      J’étais sûre que nous pensions la même chose à ce sujet ! Tu sais, lorsque tu te promènes sur la blogo webmarketing, on comprend très vite de quels vendeurs de rêves nous parlons… après, je comprends leur réussite car leur système et leur image est bien réalisée et il en faut pour tous… nous n’avons juste pas les mêmes envies ni manières de travailler :)
      Tu as tout à fait raison : aucun business n’est passif. Parce qu’aussi nous n’avons pas le même rapport au travail qu’un salarié. Lorsqu’un ami m’a demandé si « je faisais mes 35heures par semaine », j’étais incapable de lui répondre. Déjà parce que je n’ai pas d’horaires fixes (à part celles imposées par l’école, mais après, parfois je travaille après 17h00, parfois après 20h00), mais surtout car certaines tâches que nous effectuons ne paraissent pas du « travail » (comme la veille Pinterest que je fais tous les matins… encore sous ma couette ^^) et puis, et puis… parce que notre travail nous éclate !
      Je réponds à ton mail dans la semaine (j’avais fermé mes appli pour les vacances, quel bonheur…)

      • Nicolas dit :

        Salut Marina,
        Oui on sait de qui on parle ;-) Effectivement, ils vendent ce que beaucoup recherchent, du rêve et clairement ça marche… :-)
        Et oui, toutes les tâches ne sont pas du « travail » à proprement parler, car on y prend goût. J’adore me lancer dans de grandes discussions (que ce soit ici ou ailleurs) et ce n’est pas u travail, par exemple!
        Des bisous.
        Nico.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *