Merde je me sépare… et mon budget ?

Comment on fait son budget quand on doit changer de vie ?

Lorsqu’on doit tirer un trait sur une histoire d’amour, une vie commune, une vie familiale, en plus du bouleversement émotionnel il faut faire face aux changements organisationnels et financiers. Ces changements financiers sont d’ailleurs parfois un frein à la séparation.

Cet hiver, nous nous sommes séparés mon mari et moi. Se renseigner sur toutes les démarches à effectuer (et leur coût), trouver un nouveau logement, le meubler et réinventer son budget… Comment on fait ?

Si je n’ai pas de réponse universelle, j’ai tout de même envie de partager avec vous les choix financiers que j’ai fait, ça peut vous inspirer.

Le logement

Le poste de dépenses le plus important c’est le logement. Je suis partie de mon revenu net (1 200€), et j’ai appliqué la fameuse règle des 33% de taux d’endettement pour connaitre le loyer maxi que je voulais payer. 400€. Aouch. Je tenais à rester dans la commune où sont scolarisés nos enfants, heureusement l’immobilier est assez accessible.  Mes deux premiers critères de sélection étaient donc : 400€ de loyer (aller, on va monter à 500€, je pourrais m’en sortir) et sur notre commune de résidence.

Petit hic : si je voulais une maison avec 2 ou 3 chambres, je devais débourser au minimum 650€. J’ai choisi de me rabattre sur un logement plus petit, avec seulement une chambre pour mes deux enfants. Et j’ai trouvé un appartement, rénové, de 30m², avec une chambre, pour 400€, électricité incluse. Un appartement où dès la visite je me sentais bien. et que j’ai eu la chance d’avoir.

Pourquoi accepter de vivre dans 30m², sans chambre privée pour moi, alors que j’aurai peut être eu des allocations plus importantes pour un logement plus grand ?

Parce que c’est une situation temporaire. Je sais que je ne passerai pas ma vie dans cet appartement. Parce que notre maison est en vente et j’aurai un petit apport pour un autre achat ou investissement immobilier. Parce que cet appartement je m’y sens bien et les enfants aussi. Parce que c’est l’occasion de vivre plus minimalisme. Et aussi parce qu’il est idéalement placé par rapport à l’école des enfants.

L’aménagement

La pièce de vie fait 16m². 16m² avec un coin cuisine, un canapé qui me sert de lit, mon bureau et une table. A priori ça devrait être économique à meubler. Là encore, j’ai fais des choix qui me conviennent à moi.

Le canapé : ce sont 4 palettes, chinées (gratuitement) à un entrepreneur du coin. J’ai ajouté un matelas 1 personne et voilà mon lit.

Pour l’électroménager, je n’avais que machine à laver et réfrigérateur à acheter. J’ai cherché cela sur le bon coin, et si je n’ai pas trouvé mon bonheur pour le réfrigérateur, la machine à laver (de 3 ans) ne m’a coûté que 100€. Pour tout ce qui est vaisselle, je me suis fournie chez Emmaüs (et je kiffe mes tasses en Arcopal des années 70 !) ainsi que chez le Suédois.

J’ai récupéré mon bureau, la table est la table à rabats de chez Ikea, à laquelle j’ai ajouté des roulettes pour pouvoir la mettre facilement contre le mur.  Finalement, ce qui m’aura coûté le plus cher je pense c’est la déco, même si je l’ai choisie soigneusement pour éviter d’encombrer visuellement l’appartement. Pour le coup, je me suis vraiment fait plaisir en ne prenant que des objets qui me procuraient de la joie, quelque soit leur prix. Tapis, plaid en fourrure et plusieurs luminaires, coussins…. je me suis construit un vrai cocon.

Là encore, ce que je veux vous dire, c’est que vous avez TOUJOURS le choix. Vous pouvez toujours choisir dans quoi investir de l’argent, et trouver des solutions astucieuses pour diminuer les coûts.  Récup’ et recycling, magasins de seconde main, occasion…

L’alimentaire Derrière chaque épreuve il y a un enseignement à tirer. Mais comment on fait pour ses finances ?

Ah. Là c’est la grosse surprise pour moi. Allez, je fais mon coming-out. Je n’ai aucune inventivité pour la cuisine. Mettez-moi devant un placard plein et je vous ferai des pâtes aux pâtes. J’ai vraiment besoin d’avoir des menus clairs pour savoir quoi cuisiner. Au contraire de mon ex mari. Du coup, c’est lui qui gérait les courses.

Mais là, je dois me débrouiller toute seule comme une grande et je me fais plaisir en prévoyant des menus selon mes envies, et au moment de faire mes courses, je choisis le plus de bio possible ET je vais à la Biocoop pour le vrac. De plus, je choisis là encore non pas en fonction du prix mais de ce que je veux vraiment.

Le fait d’avoir peu de rangements et un bébé réfrigérateur me force aussi à acheter juste le nécessaire pour la semaine et pas plus. On oublie le stock. Mais, on oublie aussi l’addition trop salée ! Depuis mon aménagement, pour moi et mes 2 enfants, je tourne à 50-60€ par semaine. On était à 80-100€ par semaine à 4 à la maison.

Le budget quotidien

Alors, finalement, comment je gère mon budget en tant que mère solo ?

La première chose à faire, c’est de lister et évaluer au plus juste ses dépenses vitales. De savoir à quelles aides on peut prétendre (aide au logement, allocations familiales, prime d’activité…)  et de bien respecter sa marge de manœuvre, aka les dépenses accessoires.

Ça veut dire faire des choix, décider consciemment de ses achats, et apprécier les plaisirs ou les sorties avec les copines. Ça veut aussi dire ne plus chercher le bonheur dans la possession mais dans les moments partagés. Une virée shopping ne vaut absolument rien comparé à un repas partagé avec mes amies, à une sortie avec mes enfants. Ce changement de vie peut aussi être l’occasion de revoir sa façon de voir la vie, de revoir sa consommation…

Pour tout cela, apprendre à construire et gérer son budget, épargner et prévoir les coups durs, construire une autre relation avec son argent, vous pourrez trouver une mine d’informations sur internet (300 articles ici, un ebook) et faire votre chemin en solo. Vous pouvez aussi vous inscrire à l’atelier en ligne 21 jours pour des finances zen, et avancer tout en étant guidé par moi-même durant 3 semaines. 3 semaines pour faire le point sur vos finances, votre rapport à l’argent et planifier vos projets.

31 réflexions sur “Merde je me sépare… et mon budget ?

  1. V. dit :

    ça faisait des mois que je n’avais pas lu ton blog et vlan !
    Bon courage à toi et bravo d’en tirer le positif.
    Alors malgré tout belle année pleine d’amitié, de bonheur et jolies surprises.

  2. Dominique de Je mérite mieux dit :

    Vivre ce genre de choses n’est jamais facile.
    Merci pour ton témoignage qui j’en suis sûre va aider beaucoup de femmes, qui vivent où ont vécues ce genre de choses.

    Je t’envoie toutes mes ondes positives et je te souhaite plein de courage.
    Je sais que ça va aller. D’ailleurs, tu viens de nous prouver ta capacité à retomber sur tes pieds, à garder la tête sur les épaules et à avancer vaille que vaille, ce sont les qualités des Grands.

    Je t’embrasse

    • Marina dit :

      Merci Dominique,
      j’ai la chance d’être extrèmement bien entourée, et d’avoir un futur ex mari qui ne m’abandonne pas. Oui, c’est une nouvelle vie, celle d’avant était belle mais je kiffe aussi celle ci <3

  3. Punkie dit :

    Je connais ca depuis 6 mois. Et j ai gardé l appart mais niveau budget c’est difficile. Mais il est clair qu avec de l’imagination et puis un côté minimaliste on peut s en sortir. Courage

  4. Corinne dit :

    Pour avoir connu la même situation il y a quelques années, je peux comprendre. En tous cas tu as l’air de très bien gérer les choses et d’être positive , c’est l’essentiel. Je t’envoie plein de courage dans ta nouvelle vie.
    Des bises

  5. Marie dit :

    J’aurai aimé trouver ce genre d’article quand ça m’est arrivé il y a 6 ans. Maintenant ma situation a changé, mais c’est vraiment courageux de votre part de témoigner et de nous partager ces leçons de vie. Cela fait du bien de vous lire. Merci beaucoup, vous êtes formidable!

  6. Chrystel dit :

    Bon courage Marina ! N’hesite Pas à me contacter en mp si tu veux une petite séance de sophro Skype offerte pour un petit moment pour toi

  7. Sosobio dit :

    Je te souhaite le meilleur ! Bonne continuation Marina, vive la citronnade et la confiture (de citrons…) SANS déconfiture !!!

  8. Sigrid dit :

    Bon ben j’ai hâte de voir les photos de cette déco cocooning !!! Bon courage pour la cuisine et le reste ! J’ai l’impression que tu gères en tout cas.

  9. NiniDS dit :

    Je te souhaite beaucoup de courage. Il n’est pas facile d’élever ses enfants seule, et pas seulement financièrement.
    Mais tu es courageuse et positive, et je te souhaite toute le bonheur possible dans cette nouvelle vie.
    Bises.

  10. Martine dit :

    Je ne sais pas comment c’est possible de vivre à trois avec 50-60€ par semaine et en plus aller souvent à la BIOCOOP. Je suppose que tes enfants mangent à la cantine et que donc ça vient en plus de ton budget nourriture qui dans ce cas est juste pour le soir, tu ne compte pas non plus les produits d’entretien et les affaires scolaires à renouveler ? et peut-être êtes-vous tous les trois végan, ce qui enlève la note de viande… Je sais que tu es une championne de la gestion du budget, mais quand même ? explique-moi ta liste de courses !

  11. Isabelle Catherine dit :

    Et voilà, moi non plus je n’avais pas bien suivi mais je suis aussi passée par ce genre d’épreuve. Courage Marina , tu as beaucoup de qualités, de ressources, de punch, de générosité et tu aimes la vie, donc ça va aller. Je n’oublie pas que tes conseils sur 21 jours m’ont vraiment aidée et que nous sommes nombreuses à penser à toi avec gratitude.
    Bises

  12. LEBOURDAIS dit :

    bon courage et beaucoup de bonheur pour toi et tes enfants arme toi de beaucoup de courage mais tu es positive tu vas y arriver c’est sure

  13. Carine dit :

    Bonjour,

    Idem pour moi : séparation, vente de la maison, division des possessions (meubles, stock alimentaire).
    Mes revenus et donc mon budqet est plus élevé (2600€/mois). Mais j’ai fait attention à ce que j’ai acheté (du pas trop cher mais qui fait l’affaire de chez le suédois aussi).
    J’ai déjà commencé par me débarrasser de tout ce qui aurait pu me servir un jour (don aux copains qui nous ont aidé à déménagé, à des associations caritatives). On avait tellement de choses qu’on ne savait même plus ce qu’on avait, donc on rachetait … Maintenant je sais exactement ce que je possède. Et si je n’ai pas, je me demande 2 ou 3 fois si j’en ai vraiment besoin, ou si je ne peux pas trouver une autre solution.
    J’ai décidé que mon stock alimentaire non périssable tiendrait dans mon vieux meuble mado (héritage grand-paternel), à côté de quelques ustensiles (une grosse cocotte minute, qq poeles). Et ça le fait très bien ! j’ai par exemple 1 boite de sauce tomate ou de haricots verts, je ne la remplace que si je l’ai utilisée. Mon budget alimentaire s’est largement réduit (je n’ai pas calculé combien).
    Je n’utilise quasiment plus la voiture (déménagée d’un village à une ville plus importante) : gain sur le carburant (pour les courses, les trajets boulot, les sorties, …).
    Bien que j’aie moins de revenus et que mes charges fixes soient légèrement supérieures, mes charges variables ont baissé suffisamment pour que je puisse mettre de l’argent de côté tous les mois, chose beaucoup plus difficile auparavant.

    Bonne chance dans ta nouvelle (belle) vie ! :-)

  14. Virginie Loÿ dit :

    Bravo pour cet excellent article.
    Les questions budgétaires font longtemps reculer des femmes qui vivent dans des relations toxiques, voire violentes, et qui s’imaginent qu’elles ne s’en sortiront jamais.
    Mais comme tu le fais remarquer dans ton article, les efforts ne sont que temporaires, car nous ne sommes pas des êtres sans ressource!
    Et quand nous sortons d’une relation qui ne nous fait pas de bien, nous nous mettons à aller mieux, nous retrouvons notre énergie créatrice, notre indépendance et nous pouvons redéfinir notre relation au travail et à l’argent, en toute indépendance.
    J’ai divorcé il y a 15 ans, j’avais 2 enfants, j’étais dans un pays dont je ne parlais pas la langue et sans emploi: j’ai créé ma boîte, j’ai économisé sur certains postes, mais comme toi, pas sur tout: j’ai fait DES CHOIX, comme tu le recommandes.
    Je n’ai jamais rien regretté!
    Bon courage à toi et merci d’aborder le sujet!

  15. Nathalie dit :

    Bonjour Marina,
    Merci pour ton travail car je sais que nous sommes beaucoup à te suivre… J’attendais patiemment tes articles sur ton blog (presqu’un manque :)))et je m’aperçois que tu passes un moment pas si facile que cela à gérer dans ta vie privée (la photo sur Facebook de ton amie et toi et le livre « méthode hygge » m’avait déjà interpelée..) Je voulais juste t’écrire ce petit mot pour te dire tout simplement que j’ai vraiment plaisir à te lire et que j’espère que tu vas pouvoir bien redémarrer dans ta vie personnelle avec tes enfants. Il faut laisser le temps au temps…Je t’envoie plein d’ondes positives…
    A très bientôt car je vais m’inscrire à une de tes méthodes pour gérer mon budget( session à 29.00). Ma toute petite contribution pour ta nouvelle vie et j’invite toutes celles qui te suit depuis longtemps, comme moi à gonfler tes carnets de rv, pour démarrer cette nouvelle année pleine de projets!!

  16. Guillaume dit :

    Bravo et merci pour cet excellent article qui remet bien les choses à leur place.
    Bravo aussi pour cette attitude positive et pour cette prise de recul malgré une situation qui doit être tout sauf simple. C’est avec ce genre d’état d’esprit que l’on se sort des moments pénibles, et pas en s’apitoyant sur son sort.
    Bravo enfin pour cette présentation budgétaire des dépenses « incompressibles » suite à une séparation. Effectivement, le loyer et la nourriture sont souvent « noyées » dans les budgets à 2, mais apparaissent comme des montagnes dès que l’on est tout seul.
    Bon courage pour la suite, mais ne j’ai aucun doute sur le déroulement positif de tout cela.

  17. Stephanie dit :

    Bonjour,

    C’est encourageant effectivement. Ms pr avoir vecu une baisse de revenu suite a un licenciement (seule sans enfant) ce qui m’angoisse c’est la plus grande difficulté à faire face aux pepins de la vie qui sont beaucoup plus difficilement « absorbables » : voiture qui lâche, arret maladie… etc.

  18. Mag dit :

    J’aime le fait que tu choisisses un appartement accessible pour ton budget. Que tu t y sentes bien l’emporte finalement sur la superficie. Et comme tu le dis, c’est temporaire. « À chaque contexte, une situation ».

  19. Nora dit :

    Bonjour,

    Je profite de cet article, que je pensais triste au début mais qui s’est révélé étonnamment positif finalement, pour vous remercier de tout le travail effectué ici.
    J’ai une question et je me suis dit que seulement vous pouviez m’apporter une réponse : en cas de séparation comme vous, ou de veuvage, quels sont les vrais droits et démarches que l’on peut faire quand on a deux enfants et qu’on a moins de cinquante-cinq ans ? Les pensions dont on peut bénéficier pour voir la vie un peu plus claire.
    Mes recherches sur le sujet ont été plutot infructueuses.
    Merci d’avance.

    • Marina dit :

      Bonjour Nora,
      je suis désolée mais je n’aurai pas de réponse à t’apporter, je te conseille plutôt d’aller voir un conseiller en économie sociale et familiale à la CAF :)

  20. Eve dit :

    Je trouve ce post bourré de contre vérités ou de pieux mensonges : quand tu dis 1200€ de revenus c’est 1200€ de salaire : tes revenus comprennent quand m^me , et tu l’évoque àà un moment, allocation pour enfants 129€/mois au minimum, allocation logement, et prime d’activité. <le fait aussi qu'avec ces revenus tu ne paye pas d'impots sur le revenu (pour payé des impots sur le revenus avec 2 enfants il faut 2300€ environ de salaire) etc ….
    Dommage pour la crédibilité du post !

    • Marina dit :

      Si tu veux la précision, oui je touches les allocations familiales (du moins tant que j’aurai la garde principale, ceci est amené à changer et c’est une bonne chose pour les enfants aussi) 129€, les allocations logement 100€ et quand à la prime d’activité je ne la comptes pas comme revenu sûr. Elle dépend de mes revenus d’activité, donc palie aux mois trop creux. LE but c’est que je n’en touche pas…
      Quand aux impôts sur le revenu, j’avais souscrit au prélèvement libératoire à mon immatriculation, donc je paye systématiquement 1% de mon chiffre d’affaires. 1% qui sont majorés en fin d’année si je dois être imposable (mais ne sont pas remboursés si je ne suis pas imposable)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.