[Article invité] Objectif zéro déchet au bureau !

Dans les bureaux d’une des antennes régionales de Phenix,

Cet article est rédigé par nos amis de Phenix, l’application anti-gaspi !

Saviez-vous que nous sommes 13 millions à travailler dans des bureaux en France ? C’est près de la moitié de la population active, rien que ça ! Alors cette semaine, on s’est posée la question suivante : et si tous les employés de bureau adoptés une démarche zéro déchet ?

Chez Phenix on lutte chaque jour pour un monde sans déchet. La décoration murale de notre cuisine sait nous le rappeler. En attendant d’avoir la même, vous pouvez déjà vous inspirer de ces quelques astuces simples pour atteindre le zéro déchet au bureau.

Dans la cuisine des employés, passer du jetable au réutilisable

Commençons par le plus simple : même s’ils sont compostables ou recyclables, les gobelets de votre machine à café vont, à terme, générer une pollution plus importante que si vous buvez chaque jour dans la même tasse. C’est mathématique. Cette remarque est valable pour vos assiettes et autres couverts.

En regardant dans nos poubelles, on a vite compris que l’essentiel de nos déchets non recyclables venaient de nos pauses déjeuner : barquettes en plastique, sacs jetables, cartons souillés… multiplié par le nombre de salariés, on se retrouve vite avec une montagne de déchets évitables. Alors on a appris à dire non. Non au restaurateur qui vous donne un sac plastique alors que vous avez des mains pour porter vos plats sans problème, non aux couverts jetables, non aux pailles, non et non. Mais pour pouvoir dire non, encore faut-il disposer d’une alternative.

Alors comment procéder ? Remplaçons les gobelets de la machine à café par des mugs, équipons la cuisine en couverts, empilons assiettes et tupperwares réutilisables dans de grands placards et installons des petites cuillères à côté de la machine à café pour supprimer les touillettes.

Après tout, n’est-ce pas comme ça chez vous ? On vous imagine mal boire votre café dans des gobelets jetables le dimanche matin. Alors pourquoi le faire au bureau ?

Exigez de votre employeur qu’il investisse dans une vaisselle. A moins de compter Gaston Lagaffe parmi vos collègues, vous ne devriez pas avoir à racheter de la vaisselle une fois les stocks constitués. A long terme, il y a donc une vraie rentabilité à la clef pour l’employeur, qui évite au passage de perdre du temps à devoir passer régulièrement commande de vaisselles jetables.

Chez Phenix, notre vaisselle provient de récup’ en tout genre. Elle est donc complètement dépareillée, avec des tasses qui ressemblent à des cartes postales quand d’autres célèbrent de grands prix de Formule 1. Mais la diversité fait la richesse, non ? On se croirait dans la caverne d’Alibaba alors nous, on adore !

Certaines entreprises achètent la vaisselle d’occasion auprès de ressourceries ou sur internet, mais vous pouvez aussi solliciter vos collègues. L’occasion rêvée de refiler l’horrible vaisselle donnée par votre grande tante et dont vous ne saviez que faire. Bref, on trouve toujours un moyen d’obtenir de la vaisselle réutilisable sans se ruiner !

Cerise sur le gâteau, certains restaurants vont même jusqu’à appliquer des réductions sur les repas pour ceux qui viennent avec leurs propres contenants. Une bonne manière de sortir de l’écologie punitive pour, au contraire, rentrer dans une incitation positive.

Car oui, en plus d’être bon pour la planète, passer du jetable au réutilisable l’est aussi pour la trésorerie de vos commerçants de quartier. Les contenants des plats à emporter représentent un coût non négligeable alors aidez-les à s’en débarrasser !

Bien conserver les aliments : frigo et free-go

On le sait peu mais la conservation des aliments ne dépend pas seulement de la date de péremption du produit. La vie d’un produit est indexée sur son environnement : en fonction de la température, du taux d’humidité extérieur ou encore de la proximité avec certains autres aliments, les denrées se conservent plus ou moins bien. Alors pour ne pas gaspiller au bureau, bien ranger et régler son frigo n’est pas un luxe !

Dans les locaux de Phenix, on n’a pas un mais deux frigo, tous deux bien ordonnés.

L’un est un “free-go”, c’est-à-dire qu’on peut y piocher ce qu’on veut. On y trouve tous les produits que les employés mettent à disposition des autres. C’est le cas par exemple du dessert que votre collègue n’a pas mangé hier midi car il n’avait plus faim ou de ce plat qu’un autre a cuisiné dans des proportions démesurées. A vous de le sauver de la poubelle : dans ce frigo l’anti-gaspi devient une attitude collective.

L’autre, est un frigo individuel, qu’on appelle “frigo” — on a pas trouvé mieux : la nourriture y est étiquetée, ici tout est individuel. Pour ça, l’entreprise a simplement acheté des feutres. Attention, vous n’êtes jamais à l’abri qu’un petit malin mange votre repas si vous avez oublié d’y mettre votre nom. C’est la règle !

Des entreprises innovantes proposent même des frigos connectés pour vous aider à atteindre le zéro déchet. C’est le cas de NU, un frigo connecté qui permet aux entreprises de manger dans des contenants consignés.

 Impliquer toute les équipes

L’anti-gaspi au bureau passe aussi par la sensibilisation de vos collègues. Alors pourquoi ne pas organiser des challenges anti-gaspi ? Concours de recettes et autres quizz sont un bon moyen pour allier convivialité et développement durable. Vous découvrirez peut-être que certains de vos collègues ont des talents cachés.

Dans tous les cas, évitez le name and shame et adoptez une attitude bienveillante. Une cuisine de bureau reste un lieu de partage et d’échange. Veiller à en faire un espace zéro déchet est un puissant vecteur pour l’engagement collaborateur et l’ambiance de travail. Voilà un argument qui saura convaincre votre employeur !

Et le reste ? Adoptez des lombrics !

Vous aurez beau appliquer tous ces principes à la lettre, l’éventualité d’avoir des déchets alimentaires demeurera toujours. C’est pourquoi, nous vous conseillons d’adopter des lombrics.

Grâce à eux, toutes vos épluchures et vos restes se transforment en un formidable terreau fertile. Il sera votre meilleur allié pour faire pousser tomates et autres légumes. Si vous avez la chance de disposer d’un carré de jardin, c’est encore mieux. Sinon, la culture en bacs d’intérieur reste possible.

Chez Phenix on a 2 lombricomposteurs d’intérieur de chez City Worms qui fonctionnent parfaitement. Vous n’avez donc aucune excuse pour que, au bout du compte, rien ne soit jamais perdu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.