Coworking, cohoming : ne plus rester isolé lorqu’on est solopreneur

solitude-freelance

Il y a de plus en plus de télétravailleurs et de free-lance ce qui correspond à une évolution de nos désirs : nous voulons concilier vie professionnelle et vie de famille, et nous voulons tous des horaires plus flexibles.

Le revers de cette flexibilité, c’est que si vous êtes freelance, solo-preneur, télétravailleur, vous risquez de vous retrouver trop isolé chez vous. Bonjour la déprime !

Si vous avez la chance de ne pas avoir besoin de trop de dossiers à transporter, vous entrez dans la catégorie des « travailleurs nomades » et à priori, vous pouvez vous installer n’importe où pour travailler. Petit tour d’horizon des solutions à votre disposition

L’espace de coworking

La première des solutions à laquelle on pense c’est aux espaces de coworking. De plus en plus de villes en sont dotées, à Saint Nazaire, l’agglomération la plus proche de chez moi il en existe deux : le Carré Coworking et le Périscop;

Dans ces espaces, vous pouvez soit louer un bureau (l’idéal si vous devez recevoir des clients en toute confidentialité), ou bien un poste de travail en open space. C’est cette dernière solution qui est ma favorite. En général, l’ambiance est conviviale (et pourtant très studieuse !), vous y trouvez café, infusions, wifi et imprimantes à disposition.

Pour le coût, plusieurs formules existent : de la location classique, au mois, au carnet de journées ou de demi-journées pour encore plus de flexibilité.

Le Cohoming

C’est un phénomène qui commence à émerger  car il y a de plus en plus de demande pour du coworking mais pas forcément d’espaces près de chez vous. Avec le cohoming, c’est un entrepreneur qui propose, moyennant participation symbolique, de partager le temps d’une journée son bureau chez lui. La mise en relation se fait via une plateforme web et peut être un excellent moyen de rencontrer des entrepreneurs près de chez soi.

Le Cohoming entre amis

Vous n’avez pas forcément envie d’ouvrir votre séjour à des inconnus ? Peut être avez-vous dans vos amis des entrepreneurs SBF (Sans Bureau Fixe), des étudiants, des blogueurs qui aimeraient travailler (et j’insiste sur le « travailler » !) tout en pouvant papoter ou se détendre. Créez un groupe sur Facebook ou envoyez-leur juste des mails en précisant une matinée fixe dans la semaine par exemple, où vous pourrez partager votre espace de travail.

Le Skype-workingsolitude-freelance-citation

Vos amis free-lance habitent trop loin pour venir coworker chez vous ? Vive internet ! Grâce à Skype ou Google HangOut, vous partagez vos sessions de travail tout en pouvant échanger vos idées aussi simplement qui si votre collègue était en face de vous. La mauvaise idée : faire une session de co-working via Facebook. Vous serez toujours distrait par votre fil d’actualité ou des messages intempestifs (pour éviter ceux ci : dans la barre de discussion instantanée, cliquez sur la roue à chevrons en bas « Options » puis sur « Désactivez la discussion instantanée ». Vous pourrez alors choisir si vous voulez resté masqué pour tous vos amis, tous sauf quelques un ou juste certains.

Le nomadisme

Et pourquoi ne pas carrément changer de décor et aller squatter la terrasse d’un café si le temps le permet ? Bien sûr n’y restez pas la matinée avec juste un expresso et demandez avant si cela dérange les gérants que vous y restiez une petite heure. Ça peut être un bon moyen de rompre la routine.

Quelle solution est votre préférée pour ne plus rester isolé dans votre bureau de free-lance ?

9 réflexions sur “Coworking, cohoming : ne plus rester isolé lorqu’on est solopreneur

  1. Manon Smahi Cuzin dit :

    Merci pour ce chouette article Marina ! En effet, l’isolement, c’est le gros risque lorsque l’on travaille de chez soi ou depuis son bureau en indépendant… Pour ma part, je vis en milieu rural et je n’ai pas le courage ni l’envie de faire des kilomètres pour aller bosser dans un espace de coworking ou chez des gens. Et puis je pense aussi que lorsque je travaille, j’ai besoin d’être hyper concentrée. Je n’ai pas besoin de grandes amplitudes horaires, je sais ce que j’ai à faire, je me centre sur le prioritaire et ça roule, je suis efficace, j’avance. Donc au vu de ma façon de fonctionner, mon bureau « at home » me convient très bien. Dans un espace de travail partagé, je me connais, je sais que j’aurais envie de papoter avec les autres personnes, pour savoir sur quoi ils travaillent, quels sont leurs projets etc…puisque ça aussi, ça me passionne. Du coup, pour rompre l’isolement, je préfère me rendre occasionnellement à des évènements pro physiques et très régulièrement, pratiquer ce que l’on appelle « le réseautage ». Je fais partie de plusieurs groupes de discussion pour entrepreneures sur le net, comme sur Facebook avec « Les Webentrepreneures » par exemple, ou sur le mien, »Femmes Ambitieuses – Ambitions Plurielles », dans lequel je m’éclate… et puis il y a aussi toutes ces associations comme les mam’preneures, avec leurs groupes privés ou encore un réseau social spécial entrepreneures : Rézoé, qui est top ! Bref, à défaut de pouvoir (ou vouloir) sortir de l’isolement professionnel physique au quotidien, je me rattrape avec le digital, grâce auquel je trouve soutien, encouragements, aide et dans lesquels de vrais liens se tissent !

  2. Marine dit :

    Bonjour,

    Suite à votre article, j’ai ouvert à Saint-Nazaire un créneau de cohoming, merci encore pour vos infos, elles me sont précieuses. Je vous souhaite bonne continuation !

  3. Aurélie dit :

    Coucou Marina,
    C’est vrai que travailler tout le temps chez soi peut avoir un impact négatif sur notre motivation. Moi personnellement, quand je me sens moins productive, il me suffit parfois de changer de pièce pour me rebooster. Sinon, les cafés sont pas mal et certaines bibliothèques sont très agréables ;)
    Bonne journée

    • Marina dit :

      J’ai aussi remarqué que lorsque j’avais besoin d’inspiration, il me suffisait de me lever, et d’aller marcher ou prendre un café en regardant dans le jardin. Et j’ai appris aussi à ne plus culpabiliser poru mes jours où je ne suis pas à 200%. Parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres jours où je suis à fond, donc parfois déconnecter en semaine, ça permet de mieux repartir

  4. Ony dit :

    Super article :-) moi j’aimerais créer un espace de co-working avec d’autres mamans qui sont comme moi accompagnées de leurs enfants. Pour qu’on puisse travailler et être disponible pour les enfants à tour de rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.